Le projet de loi américain vise à limiter les caractéristiques potentielles des poupées d’amour qui ressemblent à celles d’un enfant.

S’agit-il d’un ajustement nécessaire à la loi ? Ou une ingérence maladroite dans la vie privée des propriétaires de poupées et sexbots sexuels ?

Les poupées et sexbots sexuels sont de plus en plus populaires dans le monde entier. La technologie offre non seulement de nouvelles possibilités de personnalisation, mais elle améliore également leur aspect et leur sensation d’être toujours plus réalistes.

Cependant, certaines entreprises ont créé des poupées et des sexbots qui semblent jeunes et ressemblent sans doute à des enfants, ce qui a déclenché la création d’une loi (H. R. 4150) au Congrès américain, visant à interdire leur importation et leur distribution.

La campagne vise à mettre fin à l’interdiction afin de permettre la réalisation d’un plus grand nombre de recherches

En août 2019, la Fondation Protasia, un organisme qui vise à lutter contre les abus sexuels envers les enfants dans l’optique des droits de la personne et de la positivité sexuelle, a lancé une campagne de financement en ligne pour mettre fin au projet de loi qui aurait pour résultat l’interdiction de certaines formes de poupées et sexbots sexuels.

Selon la fondation, l’argent recueilli servira à financer des activités de lobbying, des conférences, des recherches et les frais juridiques liés à la lutte contre l’interdiction, y compris l’aide aux personnes poursuivies, si le projet de loi était adopté.

La fondation affirme qu’elle est ” la seule organisation de protection de l’enfance qui recueille activement des fonds pour obtenir une réponse scientifique à cette question, expliquant qu’elle se concentre également sur des approches fondées sur des preuves pour réduire les abus envers les enfants, y compris l’examen des possibilités de nouvelles technologies pour aborder cette question.

Le projet de loi en question part du principe que les poupées et les sexbots sexuels “mènent au viol” et peuvent “causer l’exploitation, l’objectivation, la maltraitance et le viol de mineurs, ce qui, selon la Fondation Protasia, contredit directement les résultats des recherches.

Au lieu de cela, il soutient que ces poupées et sexbots fournissent aux gens qui s’intéressent sexuellement aux enfants un ” outil essentiel dans la gestion de cette condition, les empêchant d’agir contre un enfant réel ” – un concept qui est considéré comme extrêmement controversé.

Dans une lettre adressée au président de la Commission judiciaire de la Chambre des représentants, Jerrold Nayler, la fondation demande instamment que les procédures soient suspendues afin de recueillir davantage de données, y compris des recherches sur la façon dont l’interdiction de ces poupées sexuelles pourrait avoir des conséquences potentiellement néfastes.

La lettre prétend que le langage ambigu utilisé dans le projet de loi pourrait mener à l’interdiction de poupées qui ne représentent pas des mineurs. La fondation continue de soutenir que l’âge supposé des poupées et des sexbots est trop subjectif

Des caractéristiques telles que des seins plus petits, des yeux plus grands (qu’ils prétendent être populaires à cause de l’anime), ou même que les poupées ont été rendues plus petites (ce qui permet une manipulation plus facile de l’utilisateur), tout pourrait être dit pour faire paraître les poupées en dessous de 18 ans.

La campagne prétend que cette loi n’aurait aucun effet sur la réduction de la maltraitance des enfants, mais qu’elle créerait plutôt une nouvelle classification inutile des délinquants sexuels.

La lettre a été signée par le directeur exécutif de l’Organisation Protasia, Jeremy Malcolm, mais elle est également signée par le fondateur de The-Doll-House, Phil Bass, Ian O’Brien, de la Free Speech Coalition, et Don Delano, le fondateur de Mon Amour Toujours.

Le Royaume-Uni a déjà interdit les poupées sexuelles pour enfants

Bien que ce projet de loi n’en soit qu’à ses débuts au Congrès américain, le Royaume-Uni a déjà interdit la vente et la distribution de poupées sexuelles ressemblant à des enfants, ce qui est passible d’une peine pouvant aller jusqu’à cinq ans de prison, une mesure saluée par la National Society for the Prevention of Cruelty to Children (NSPCC).

Dans une interview sur BBC Radio 5 Live, le responsable du développement de NSPCC, a déclaré que la principale préoccupation avec ces poupées et sexbots est leur rôle dans l’encouragement des actions criminelles, car le comportement devient “désensibilisé” par une utilisation régulière

Ils soutiennent que cela pourrait mener à la fois à la délinquance sans contact (comme l’accès et le téléchargement d’images sexuelles obscènes d’enfants) et à la délinquance par contact (violence directe envers les enfants). Cette idée est référencée dans le projet de loi du Congrès américain, qui stipule que les poupées sexuelles “normalisent la soumission et normalisent les rapports sexuels entre adultes et mineurs”.

La politique britannique sur les poupées sexuelles considère d’abord l’utilisation des poupées ou robots sexuels et confirme si elles sont destinées à des fins sexuelles. Il examine ensuite la question sous l’angle des caractéristiques semblables à celles de l’enfant, mais encore une fois, ces critères demeurent vagues – une question qui concerne particulièrement l’Organisation Protasia.

Évaluer les arguments

Dans l’ensemble, le débat sur les poupées et sexbots sexuels qui ressemblent à des jeunes de moins de 18 ans n’est pas aussi tranché que les deux camps tentent de le transmettre.

La Fondation Protasia souligne le manque d’intérêt à trouver des solutions à la question de l’intérêt sexuel des enfants. Il démontre la résistance à la recherche sur l’utilisation des poupées sexuelles ou de la technologie sexuelle comme approche possible.

Sa campagne soulève des questions sur l’anthropomorphisation de la technologie, ce qui fait que cette question suscite de telles réactions émotives des deux côtés du débat.

Si nous considérions les poupées sexuelles et les sexbots comme des outils que les êtres humains peuvent utiliser, au lieu de substituts pour les êtres humains, il est possible que de telles poupées soient moins controversées et pourraient plutôt être considérées comme une approche potentielle pour gérer la question de l’intérêt sexuel des enfants

Matt McMullen (le créateur de Harmony, une poupée sexuelle de la compagnie Realbotix) a discuté succinctement de la question du consentement concernant les poupées sexuelles

Je pourrais tout aussi bien vous demander s’il est douteux d’un point de vue éthique de forcer mon grille-pain à faire mon toast

Cependant, des organismes comme le NSPCC s’inquiètent des effets de la désensibilisation et de la normalisation de l’intérêt sexuel chez les enfants, qui pourraient résulter de l’utilisation régulière de ces poupées et sexbots sexuels, menant à des abus sexuels sans contact ou même avec des enfants.

Indépendamment des résultats de la campagne de la Fondation Protasia, elle a soulevé d’importantes questions sur l’avenir de la technologie du sexe, comme les poupées et les sexbots sexuels, et sur la façon dont nous comprenons le subjectivisme du design, qui affectera sans aucun doute les futures entreprises de poupées sexuelles et de sexbots