Les strip-teaseuses gynoïdes high-tech parlent d’orage à travers le monde.

 

Nos danseurs cybernétiques préférés sont de retour dans l’actualité : démontrer une fois de plus que le sexe et la technologie peuvent allumer plus que le pouvoir aux artistes artificiels.

Cette fois, les célèbres Cardi-Bots de Giles Walker se joindront aux artistes adultes en chair et en os du SC-Club, situé à Nantes, en France.

Bow-chicha-chicha-wow-wow-wow

Les robots sexy de Walker sont devenus une sorte de symbole ludique de l’intersection de la sensualité et de la technologie, précédemment révélés dans le cadre de son exposition Peepshow en 2012, puis dans le cadre du Sexpo de Melbourne en 2016, puis d’une webcam modèle interactive pour CamSoda.

Walker, un artiste de sculpture cinétique, a trouvé l’inspiration pour les têtes de ses danseurs robotiques dans l’omniprésence croissante des caméras en circuit fermé (CC), se mettant au défi de faire une déclaration sur la façon dont la frontière entre exhibitionnisme et voyeurisme est devenue floue.

Walker avait un autre obstacle à surmonter avec ses Cardi-Bots : prendre ce qui équivaut à un tas de ferraille et, comme il l’a dit à 9news, le transformer en “quelque chose qui pourrait représenter quelque chose de proche de’sexy’.”

Bien que Walker soit également clair qu’il n’a jamais eu l’intention d’attirer l’intérêt du public pour les gynoïdes sexy.

En parlant à Vox, il m’a dit : “Je ne les ai pas construites pour m’impliquer dans l’industrie du sexe. Il ne s’agissait pas de sexe, mais de voyeurisme. J’ai été entraîné involontairement de ce côté des choses, mais je ne me plains pas.”

Il a également ajouté de façon ludique qu’il a un autre rôle dans la création du Cardi-Bot : “Ça paie les factures. Je suis un robot proxénète dans ce sens.”

C’est juste pour s’amuser

Même si les robots Cardi-bots se joignent au spectacle au SC-Club, la direction dit qu’elle n’a pas l’intention, du moins à l’heure actuelle, d’éliminer progressivement les artistes humains – disant à SkyNews que le fait de présenter les robots était plutôt un acte pour souligner l’inventivité de Walker.

Bien que les Card-Bots aient pu émerger des réflexions sérieuses de Walker sur la croissance de l’état de surveillance, ainsi que sur l’intersection du sexe et de la technologie, ses créations apportent aussi quelque chose de plus important à la table : un sens du caprice.

Alors que de plus en plus de gens s’inquiètent des effets négatifs possibles de choses comme les sexbots, la RV/AR, l’intelligence artificielle et d’autres choses semblables sur nos relations les uns avec les autres, surtout en ce qui concerne le plaisir physique, c’est merveilleux de voir les Cardi-Bots de Walker onduler autour de leurs pôles en s’amusant.

Qui sait, peut-être que, à leur manière, ce genre de créations est exactement ce dont le monde de la technologie sexuelle a besoin ? Peut-être que la façon de faire face à la peur et à l’anxiété de voir comment tant de choses ont changé, et continuent de changer, avec le sexe n’est pas en prenant tout si sérieusement, mais plutôt en essayant d’en rire quand nous le pouvons ?

En tout cas, si vous vous retrouvez à Nantes, passez par le SC-Club pour voir les mouvements de ces robots sexy, et peut-être passer un peu de temps à réfléchir à ce que des artistes comme Walker révèlent ensuite, et si vous allez être excité, ou simplement rire un bon et copieux moment de tout ça.